Magazine des Femmes
19/04/2019

France

 

Vie de femme, vie de toutes les femmes

29-03-2016
Visites 405 personnes intéressées
France France Vie de femme, vie de toutes les femmes
Patronne de la fondation vaudoise Profa depuis 2002, Sylvie Reymond Darot s’apprête à prendre sa retraite alors que l’institution fête ses 50 ans* – un demi-siècle d’existence consacrée aux questions liées à l’intimité. L’occasion de tracer le portrait d’une femme dont la trajectoire raconte, en filigrane, l’histoire et la progression de la condition féminine.

«J'ai grandi avec beaucoup de chaleur, de rires»

Si l’on en croit le document de Profa évoquant l’évolution de notre société, quand Sylvie Reymond voit le jour, «le religieux dicte les conduites», «la femme est au service de la famille», «parler de la sexualité est un tabou». La petite Vaudoise, élevée dans une famille paysanne, vivant dans une ferme isolée de Jongny, sur les hauteurs de la Riviera, n’en sait encore rien. «J’ai grandi avec beaucoup de chaleur, de rires, d’humour. Un socle qui m’a donné la force de faire mon travail.» Mais? «A l’adolescence, c’est un mode de vie que je rejetais, je voulais partir, je pensais n’être pas née dans la bonne famille, je ne me sentais pas de ce terreau-là.»

Insoumise

La rebelle, attirée par des personnalités plus intellectuelles, ne souhaite pas entrer en apprentissage. Elle vit son accession à l’Ecole de commerce de Lausanne comme une première libération… même si cela l’oblige à se lever à 5-6 heures du matin. «Je pouvais envisager l’accès au monde.» A Lausanne, elle découvre le début des mouvements féministes et la remise en question des valeurs. «J’ai milité au sein de Femmes en lutte, d’inspiration maoïste. Les combats de l’époque, c’était la votation pour la solution du délai en matière d’interruption de grossesse, l’accès à la contraception, les centres de planning familial, les crèches et garderies.» Mais l’insoumise a du mal avec la doctrine. Son militantisme prend fin lorsqu’on lui demande de faire son autocritique, à la mode Mao…
Lire tout l'article »
Commentaires